L’organisation des soins en psychiatrie et en pédopsychiatrie

Comme pour chaque spécialité médicale, il existe un système de soins public et un système privé. Qu’il s’agisse de psychiatrie adulte ou infanto juvénile, l’organisation des soins est identique, bien que les lieux soient distincts.

Le système public

Il repose sur l’hôpital et sur les « secteurs » psychiatriques.

. Les grands hôpitaux possèdent le plus souvent un service de psychiatrie ou de pédopsychiatrie, qui se compose d’un pôle de consultations pluridisciplinaires (psychiatre, psychologue, orthophoniste, psychomotricien, assistante sociale, éducateurs spécialisés, infirmiers), et d’un lieu d’hospitalisation temps plein.
En fonction des moyens financiers et des orientations des services, ils peuvent proposer des prises en charges spécialisées, comme des hôpitaux de jour (temps partiel ou journées), des hospitalisations mère-enfant (pour les troubles du post-partum), des unités de sevrage aux addictions…
Malheureusement, ces services, ouverts à tous, sont souvent surchargés et les délais de prise en charge peuvent être longs (parfois de plusieurs mois).

. Les « secteurs » sont eux destinés aux habitants d’une zone définie (par exemple, chaque arrondissement de Paris en possède un, et un habitant du 13e arrondissement sera orienté vers le secteur n° 13).
Ces secteurs eux aussi proposent des prises en charge nombreuses et variées, dispensées par des unités dites « fonctionnelles ».
Le C.M.P. ou Centre Médico-Psychologique est le lieu gratuit de consultations pluridisciplinaires. Le patient est reçu par un psychiatre qui définira les besoins et les intervenants de la prise en charge. Là encore, il s’agit des acteurs habituels du système de soins : psychiatre, psychologue, orthophoniste, psychomotricien, éducateur spécialisé, infirmier, assistante sociale.
Chaque secteur dispose d’un lieu d’hospitalisation temps plein, qui est d’ailleurs le seul habilité à recevoir les hospitalisations dites « sous contraintes » (hospitalisations à la demande d’un tiers, hospitalisations d’office). Il est fréquent que le service d’hospitalisation du secteur soit orienté vers la prise en charge de patients très malades (psychoses, états délirants, addictions…) et puisse impressionner des patients aux difficultés plus modérées.
Le secteur est le dispositif de soins psychiatriques le plus complet car il dispose en plus de toutes sortes d’unités type hôpitaux de jour, ateliers thérapeutiques, groupes de parole, interventions à domicile…
En cas de troubles graves ou d’urgences, il est probablement le lieu le plus adapté à vous venir en aide, et il convient de le solliciter préférentiellement. Vous pouvez rechercher les coordonnées sur l’annuaire en tapant « CMP et la ville » ou les demander à votre médecin traitant.

Le système privé

Très simplement il se décompose en deux parties, les cabinets privés de consultations (psychiatre, psychologue, orthophoniste, psychomotricien) et les cliniques privées.
Le privé gère la majorité des prises en charges sur le territoire, particulièrement pour les pathologies les plus fréquentes telles que les névroses, phobies, angoisses, anorexies ou boulimies modérées, inhibitions, addictions légères, insomnies, ou états dépressifs.

Schématiquement, on peut dire que les pathologies graves ou nécessitant une prise en charge longue ou des structures particulières, relèvent surtout du secteur public, en raison de la solidité du système de soins et de la gratuité de ceux-ci.

youtube