« Comment on fait les bébés ? »
Questions d’enfants et réponses de grands sur la sexualité

Nul n’échappe à cette question ! C’est en général entre 4 et 7 ans, ou à l’occasion de l’annonce d’une grossesse, que l’enfant envoie ce « Scud » dans les dents de ses parents, provoquant rires, gêne et interrogations. Comment aborder la sexualité sans le choquer ? Cigogne ou graine ?
Mesdames et Messieurs les parents, voici comment on fait les bébés !

Désolé de vous décevoir, mais le vieil adage affirmant que les enfants en savent plus que les parents est ici totalement faux.
Dès le plus jeune âge, les enfants sont très curieux de l’affaire sexuelle, ils écoutent, parlent entre eux et pêchent à droite et à gauche des informations. Ainsi, ils construisent leurs « théories sexuelles », mais elles sont le plus souvent inexactes, voire farfelues !
Le jour est venu où cette fois votre enfant veut savoir. Ne lui parlez pas des choux ou des cigognes, il sait que la vérité est ailleurs. Il ne lâchera pas prise avant d’avoir eu accès au secret des grands !
C’est à votre tour d’évoquer la fameuse graine !
Mais n’ayez crainte, ce moment ne marquera pas au fer rouge sa sexualité à venir.
Il convient simplement de respecter certaines limites, certains tabous, dans l’unique but de le protéger d’une excitation ou de représentations qu’il ne saurait gérer.
Derrière ces explications, il pensera au pourquoi et au comment de sa propre venue sur Terre.
Ainsi, il faut lui parler d’amour : « Pour faire un bébé, il faut un papa et une maman qui s’aiment ». Un enfant – et donc lui – est avant tout le fruit désiré de l’amour de ses parents.

— OK, mais comment on fait ? enchaîne-t-il, implacable.
Aïe, ça ne lui a pas suffi !
Allez, courage, une anxiété trop grande chez les parents pourrait lui faire fantasmer qu’il existe quelque chose d’inquiétant. Après tout, il s’agit d’une belle chose, d’un processus à l’origine de grands bonheurs. Il semble tellement plus simple de leur parler de guerre ou d’écologie menaçante. C’est à se demander si les adultes ne restent pas eux-mêmes des petits enfants gênés face à la sexualité de papa et maman !
— Eh bien, papa et maman ont chacun une graine. Lorsqu’elles se mélangent dans le ventre de maman, cela donne une grosse graine, qui va grossir pendant plusieurs mois jusqu’à devenir un bébé. Une fois que le bébé est prêt, maman va chez un docteur qui l’aide à le sortir du ventre.
Pour les plus jeunes ou les moins curieux, ce niveau d’explication suffira un temps. Chaque enfant a sa temporalité psychique, il pose les questions à son rythme et il convient de répondre uniquement à celles-ci. Il ne faut pas aller trop vite pour lui, il n’y a aucune « prévention » à faire !

Aujourd’hui ou demain, il reviendra vers vous, prêt à entendre la suite.
— Ah bon ! Mais comment tu mets la graine, papa ? Elle est où ? poursuivra-t-il, passionné.
Les parents doivent s’efforcer de répondre simplement, en veillant bien à ne pas lui donner accès à la chambre parentale, à leur intimité. Il est possible d’expliquer certaines choses en laissant l’enfant à sa place. Le reste, il le découvrira tout seul et c’est bien mieux ainsi, car la sexualité doit rester une affaire personnelle. Ni lui, ni vous ne devez être intrusifs.
En pratique, on pourrait imaginer quelque chose comme suit :
— La graine de papa est dans le zizi, et quand papa et maman décident de faire un bébé (et pas l’amour, cela ne le regarde pas !), papa met la graine dans le sexe de maman qui est prévu pour la recevoir.

ET PUIS C’EST TOUT !
Le reste, détails techniques, lieux, moments… ne le regardent pas. Il les imaginera, tentera de les deviner, avant de les découvrir un jour.
N’ayez pas peur de dire à vos enfants que c’est tout ce qu’ils ont à savoir à leur âge s’ils se montrent trop curieux à votre goût.
Ce moment doit rester sympathique pour tout le monde !

Aller plus loin...

youtube